Les lois naturelles de l’enfant

J’avais lu ce livre il y a quelques années. Bien que ne travaillant pas dans l’enseignement, j’avais beaucoup aimé cette lecture, très intéressante de par l’expérience de Céline Alvarez en école maternelle et toutes les références des dernières recherches en matière de pédagogie, apprentissage, sciences du développement de l’enfant… et avec comme point de départ les travaux de Maria Montessori.

Le livre est aussi très abordable pour tout un chacun, les études scientifiques vulgarisées et l’expérience concrète aidant à la compréhension. Et ce n’est pas toujours le cas avec les livres parlant de pédagogie. Très honnêtement, j’ai eu du mal à terminer le livre Mon enfant de Maria Montessori (mais bien évidemment écrit à une autre époque).

Je me suis replongée dans ce livre avec l’entrée de la cadette à la maternelle, enfin dans les nombreuses pages cornées au fil de ma première lecture. Et après avoir testé (involontairement) l’école à la maison quelques semaines, j’ai vu avec quelle facilité les enfants pouvaient comment à déchiffrer des syllabes, aborder des notions mathématiques comme l’addition… Ce serait difficile de résumer ce livre, je vais plutôt partager quelques extraits qui vous donnerons sûrement envie de le lire.

Juste un mot sur le contexte, Céline Alvarez, professeur des écoles, a pu pendant trois ans expérimenter une pédagogie basée sur la bienveillance, l’autonomie, l’émulation entre enfants d’âge différents dans une école de Gennevilliers. Les résultats sont impressionnants avec des enfants épanouis, désireux d’apprendre, entrant dans la lecture dès 4 ans…

« De la naissance à 5 ans, 700 à 1000 nouvelles connexions se créent chaque seconde. Chaque image, chaque interaction, chaque évènement, aussi quotidien soit-il, se fixe dans les fibres du cerveau de l’enfant en connectant ses neurones ».

« Reconnecter les enfants à la richesse du monde réel, c’est également leur permettre de se reconnecter à la nature. […] La recherche indique par ailleurs qu’une connexion quotidienne avec la nature permet de diminuer le stress des enfants, ce qui, par voie de conséquence, augmente considérablement leur mémoire, leur attention, et même leur stabilité émotionnelle. »

« Notre bienveillance nourrit le développement cérébral de l’enfant de manière extraordinaire. »

« Une fois l’encodage acquis, si les livres n’intéressent ni ne motivent les enfants, l’automatisation ne se fera pas. […] Nous avions remarqué que les livres les plus efficaces pour permettre l’automatisation de la lecture étaient les livres qui faisait rire les enfants ».

« Lorsque nos enfants cherchent à faire seuls, notre première responsabilité – et notre grand travail! – est de réfréner notre réflexe de vouloir les aider à « faire bien » car, en agissant de la sorte, nous court-circuitons leur activité créatrice. »

« Ils n’étaient pas récompensés ni matériellement […] ni verbalement […]. Je suis intimement convaincue que cette manière de procéder a permis aux enfants de rester connectés avec leur système de récompense intérieur et d’apprendre beaucoup plus vite (et beaucoup plus solidement). Ils allaient à l’école pour eux, pour apprendre – et non parce ce qu’ils étaient obligés. »

Si vous voulez en savoir, vous pouvez aussi consulter le site internet de Céline Alvarez : https://www.celinealvarez.org

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :